Choco / Sophro

Laissez-vous tenter par une séance de choco-sophro à Roquebrune-sur-Argens


Avis aux gourmands !

Aujourd’hui nous vous proposons de découvrir une activité bien-être et insolite autour du chocolat… Rendez-vous dans le charmant village de Roquebrune-sur-Argens pour une séance de « choco-sophro » proposée par Christel, sophrologue certifiée. Un concept unique pour un pur moment de détente. Avec les fêtes de fin d’année qui arrivent à grands pas, voilà une idée de cadeau originale !

Christel nous en dit un peu plus sur l’alliance du chocolat et de la sophrologie… Une activité à retrouver également sur Ô l’idée.

Le Choco-Sophro, un moyen original pour se reconnecter à soi


Comment vous est venue l’idée d’associer le chocolat à la sophrologie ?


Depuis plus d’un an, je travaille avec un petit groupe de personnes qui se voient deux fois par mois pour faire de la sophrologie dans mon cabinet. Un peu avant l’été 2015, j’ai voulu aborder plus en profondeur les 5 sens. J’ai donc demandé aux participantes d’apporter leur chocolat favori. Nous avons fait une séance où nous avons pris le temps de regarder, de sentir le chocolat avant de le goûter. Toutes les participantes m’ont dit qu’elles n’avaient jamais goûté leur chocolat préféré de cette façon. J’ai donc réfléchi plus longuement à ce concept jusqu’à trouver un nom : le CHOCO-SOPHRO ou comment aborder la sophrologie par le biais du chocolat.


Christel interviewée par Philippe Signorelli


En quoi faites-vous partie de la sélection de La Route du cacao ?

J’habite Roquebrune-sur-Argens et je suis sophrologue. J’ai créé le concept de « Choco-Sophro », c’est à dire, une séance de sophrologie par le chocolat. Cependant, avant d’expliquer plus en détails ce concept, je pense qu’il faut d’abord revenir aux sources de la définition.

Qu’est-ce que la sophrologie ?

La sophrologie est une méthode originale qui a été créée il y a 50 ans par le professeur Alfonso Caycedo, neuropsychiatre d’origine colombienne. Au départ, c’était une approche qui avait une visée thérapeutique pour rendre les patients partenaires de leurs traitements. Ensuite, Caycedo a réalisé que les champs d’application de la sophrologie étaient bien plus vastes jusqu’à en faire une véritable pédagogie de l’existence.

Quels sont les champs d’application de la sophrologie ?

Dans le domaine de l’éducation et de l’enseignement (pour la concentration par exemple), dans le monde de l’entreprise pour gérer le stress et prévenir la fatigue ou le burn-out, dans le milieu sportif pour bien se préparer à des épreuves sportives, pour la préparation à la maternité et à la parentalité, dans les sciences de la santé où des médecins, des infirmières, des kinés, des orthophonistes, des sages-femmes ou des psychothérapeutes utilisent la sophrologie en complémentarité des soins.

C’est une méthode très appréciée dans les hôpitaux, les cliniques, les centres anti-douleurs, les unités de soins palliatifs ou les centres d’alcoologie.

Concrètement comment se déroule une séance ?

La séance se pratique en étant assis ou allongé. On commence en général par des techniques autour de la respiration en essayant de relâcher tous les muscles du corps. Ensuite on continue par des exercices de relaxation dynamique très doux (pas de sport ! On est dans le ressenti du corps) et on termine par une partie méditative pour apprendre à lâcher-prise.

On revient donc toujours au corps ?

Absolument ! C’est la base de la sophrologie : se reconnecter aux sensations du corps. Ne plus voir son corps comme une machine, une mécanique qui nous permet d’avancer plus vite dans notre journée, mais comme un outil extraordinaire qu’il faut ménager et écouter au présent.

Vous avez un exemple concret à nous donner ?

Bien sûr ! Imaginez une jeune femme au bureau. Elle s’est disputée le matin avec son mari. Elle ressent encore de la tristesse et de la colère. Elle pense déjà au rendez-vous du soir avec la maîtresse de son fils ; elle a peur et est angoissée. Repenser au passé génère des émotions négatives. Se projeter dans le futur fait émerger la peur, une émotion puissante et paralysante. De toute façon, 90% des personnes anticipent sur un mode négatif en imaginant le pire. Par la sophrologie, la jeune femme pourrait apprendre à se concentrer sur le présent. Le présent est la seule dimension sur laquelle nous exerçons notre action. Vivre dans l’ici et maintenant permet d’aborder le quotidien dans un équilibre corps-esprit. Nos pensées s’alignent de manière positive sur nos actions et nous en concevons un état de bien-être simple.

Faut-il aller mal pour faire de la sophrologie ?

Pas du tout ! Au contraire, l’objectif de la sophrologie est de mieux vivre son quotidien.

Revenons à La Route du Cacao. Qu’est-ce que la sophrologie vient faire avec le chocolat ?

Excellente question ! Depuis plus d’un an, je travaille avec un petit groupe de personnes qui se voient deux fois par mois pour faire de la sophrologie dans mon cabinet. Un peu avant l’été 2015, j’ai voulu aborder plus en profondeur les 5 sens. J’ai donc demandé aux participantes d’apporter leur chocolat favori. Nous avons fait une séance où nous avons pris le temps de regarder, de sentir le chocolat avant de le goûter. Toutes les participantes m’ont dit qu’elles n’avaient jamais goûté leur chocolat préféré de cette façon. J’ai donc réfléchi plus longuement à ce concept jusqu’à trouver un nom : le CHOCO-SOPHRO ou comment aborder la sophrologie par le biais du chocolat.

Qu’est-ce que le choco-sophro concrètement ?

On aborde plusieurs techniques de respiration en dégustant 3 pralinés du plus sucré au plus amer. C’est important qu’il y ait une évolution dans le goût du chocolat. Tout est basé sur le sens de la vue, du toucher, de l’odorat et du goût. On apprécie le chocolat autrement, avec lenteur et l’explosion en bouche est énorme. Tout est décuplé ! On prend véritablement conscience de ce qu’on voit, sent, touche et goûte. Une expérience inédite qu’il faudra absolument vivre Philippe !

Vous avez donc fait vivre une séance de choco-sophro à Dominique Blanc, déléguée aux affaires européennes et responsable du Var pour la Route du Cacao au Castellet ?

Oui ! A l’occasion de La Nuit des Musées à Roquebrune-sur- Argens le 23 mai dernier, Madame Dominique Blanc et son époux ont visité notre Musée du Chocolat et la visite s’est terminée par une séance de choco-sophro qu’ils ont apprécié, d’où ma sélection à La Route du cacao.

Avez-vous eu d’autres occasions de faire vivre le choco-sophro à Roquebrune-sur-Argens ?

Oui !

Tout d’abord en février dernier en collaboration avec Mélissa Ouvry, artisan chocolatier de Chocolats et Gourmandises. Tous les 4 jeudis du mois de février, il y a eu la possibilité de vivre une séance de choco-sophro dans la chocolaterie. Au milieu des chocolats avec des odeurs parfaites pour se mettre en condition.

Le 6 mars dernier, lors de la Fête du Chocolat et des Délices, il y a eu tout au long de la journée des séances de choco-sophro dans la chapelle Saint-Michel qui date du XIVème siècle. C’est un lieu unique dédié à la sérénité pour vivre une dégustation douce et sucrée.

Vous avez des projets pour le choco-sophro ?

Oui, j’aimerais protéger cette appellation dans un premier temps et je souhaiterais faire des séances de choco-sophro en anglais et en allemand. Ce sera peut-être possible avec la délégation allemande qui se déplacera pour La Route du Cacao, qui sait ?